Avez-vous déjà entendu le mot « nefelibata » ? J’ai découvert ce terme et il m’a interpellée. Curieuse, j’ai décidé de mener l’enquête et je comprends mieux pourquoi ce terme a retenu toute mon attention. Je partage avec vous le fruit de ma trouvaille 🙂 

Ce mot d’origine portugaise décrit un homme ou une femme perché sur la lune, bref, un être humain qui rêve encore plus que les autres…

Définition et traduction :

(n.) lit. « cloud walker« ; one who lives in the clouds of their own imagination, or one who does not obey by the conventions of society, literature, or art

(n.) allumé « marcheur de nuages »; celui qui vit dans les nuages ​​de sa propre imagination, ou celui qui n’obéit pas aux conventions de la société, de la littérature ou de l’art

Dans la tradition astrologique, la lune est un élément clé, tout comme le Soleil, on dit qu’ils sont à la fois inséparables et complémentaires. L’un éclaire le jour avec sa puissance et sa chaleur, l’autre brille la nuit avec douceur et subtilité. La lune est un objet céleste diurne car active la nuit… elle décrit notre inconscient / notre psyché, elle décrit nos besoins les plus profonds, nos désirs, nos états d’âmes, nos peurs, nos angoisses, nos souvenirs, notre mémoire archaïque. La lune décrit notre sensibilité, notre plan émotionnel et notre rapport à la mère, à la matrice divine qui porte, met au monde, nourrit et fait grandir son enfant.

Parler de la lune revient à parler du signe du Cancer aussi car ils sont tous deux « amis ». Les personnes nées sous ce signe sont de nature sensible, intuitive et ultra réceptive avec un grand besoin de protéger ou se sentir protégée. On dit parfois qu’elles ont réussi à conserver leur âme d’enfant… Cette période propice à rêver sans limites dans laquelle se construit notre imaginaire.

nefelibata » c’est donc un être humain mais qui rêve encore plus que les autres… qui porte un regard plein d’émotions et de merveilleux, mais chuuuut ne les réveillons pas ce sont des êtres créatifs qui savent mieux que personne ré-enchanter le monde !

En musique ça donne quoi ? Gabriel Cheurf a sortie son premier EP  intitulé “Nefelibata”, il décrit le cheminement d’un homme plongeant dans cet état d’endormissement. Atteint du syndrome de déréalisation, Gabriel s’est mis à écrire pour conjurer le sort. Dans une interview, il dit que “c’est un état dans lequel on ne distingue pas trop la réalité du rêve. On a l’impression d’être dans un monde dénué de sens tout le temps.”  Ecouter l’EP Soundcloud https://soundcloud.com/draumr/nefelibata 

commodo id dictum ipsum consequat. ultricies felis ipsum eget